Kim Anh Nguyen, enquêtrice au Centre Intégrité du Médiateur fédéral : « Veiller à l’intégrité des administrations permet de maintenir la confiance des citoyens »




Kim Anh est enquêtrice fraude au Centre Intégrité du Médiateur fédéral. Sa mission au quotidien : contribuer à une administration intègre au service du citoyen. En quoi consiste son travail ? Quels défis doit-elle relever ? Et pourquoi estime-t-elle que l’intégrité des administrations est importante ?


Uniquement pour les fonctionnaires fédéraux

« J’enquête sur l’intégrité au sein des administrations fédérales. Le Centre Intégrité a été créé pour les fonctionnaires qui signalent des irrégularités, des abus ou des fraudes dans la fonction publique. Par exemple : une irrégularité dans une procédure de marché public, un détournement de biens, du favoritisme, une instruction illégale… En bref, toute irrégularité qui constitue une menace ou une atteinte à l’intérêt général. »


Confidentialité et protection

« Nous travaillons en toute confidentialité. Nous nous assurons que l’identité du fonctionnaire lanceur d’alerte n’est jamais dévoilée, c’est la loi et c’est aussi une question de confiance. Nos rapports à l’issue des enquêtes sont donc aussi strictement confidentiels.

Lorsque nous démarrons une enquête, nous protégeons toujours le fonctionnaire lanceur d’alerte contre d’éventuelles mesures de représailles. La protection signifie que l’administration ne peut pas prendre de mesure négative à l’égard du lanceur d’alerte telle que le licencier ou entamer des actions disciplinaires en raison de son signalement. La protection est également accordée aux fonctionnaires qui sont associés comme témoins dans le cadre d’une enquête. »


Service public de qualité

« Nos enquêtes sont avant tout destinées à objectiver les faits en analysant tous les éléments à charge et à décharge. Elles permettent également d’identifier des dysfonctionnements ou des lacunes dans les mécanismes de contrôle interne pour prévenir d’éventuelles récidives. Veiller à l’intégrité et préserver l’intérêt général permet de garantir la bonne gouvernance et de maintenir la confiance qu’ont les citoyens envers les administrations.

Notre travail mène aussi à davantage de prise de conscience des risques d’intégrité au sein de la fonction publique. Nous constatons trop souvent que les fonctionnaires ne sont pas assez informés des risques auxquels ils sont exposés. Ils peuvent être directement touchés par une fraude au sein de leur service ou être approchés pour commettre eux-mêmes une fraude. »


Opportunités de la directive européenne

« En Belgique, les systèmes de signalements d’atteinte à l’intégrité et de protection sont dispersés, tant dans le secteur public que privé. La directive européenne permettra d’uniformiser et renforcer la protection des lanceurs d’alerte grâce aux standards élevés qu’elle prévoit : les mesures correctrices provisoires, l’exonération de responsabilité ou encore les mesures de soutien comme les conseils et l’assistance juridique.

Notre principal défi reste d’assurer une protection effective des lanceurs d’alerte. Souvent, les mesures négatives prises à l’égard d’un lanceur d’alerte sont difficiles à annuler ou compenser, de sorte qu’il continue de subir les conséquences de son signalement. Une protection forte est essentielle pour garantir une culture organisationnelle propice aux signalements et favoriser la détection et l’examen de fraudes qui menacent l’intérêt général et le fonctionnement des services publics. »


Qui est Kim Anh ?

Kim Anh connaît bien le fonctionnement de l’administration fédérale. Elle travaille au sein du Médiateur fédéral depuis 9 ans. Elle y examinait auparavant les plaintes des citoyens vis-à-vis des administrations compétentes dans les matières sociales. Elle est enquêtrice au Centre Intégrité depuis 6 ans et est certififiée Registered fraud auditor et Certified fraud examiner.



publié le: 16/11/2020